Comment bien répondre aux questions pièges des entretiens d’embauche ?

Vous êtes à la recherche d’un emploi ? Vous avez réussi à déduire un recruteur via votre C.V. ? Il faut encore réussir son entretien d’embauche pour décrocher le poste souhaité.

entretien-embauche

Quelles sont les principales questions pièges et comment s’y préparer ?

1er conseil : Ne pas tricher sur le CV

L’entretien classique consiste généralement à ce que le recruteur vous questionne d’abord sur votre CV. Ces premières questions pourront être embarrassantes si le recruteur décèle des anomalies dans vos réponses ou vous soupçonne d’avoir largement enjolivé le document. Le conseil est donc de ne pas tricher sur le CV et au moins d’être capable d’argumenter précisément sur un point qui s’éloignerait (pas trop) de votre véritable expérience.

Sachez qu’il est très facile pour le recruteur de vérifier au préalable toutes vos affirmations grâce à la multiplication des moyens d’information et de communication (réseaux sociaux, coup de fil aux anciens collègues ou employeurs). Préparez également vos réponses concernant les interrogations ou points faibles mis en évidence par votre CV (période d’inactivité, instabilité, surqualification…).

2ème conseil : Rester naturel et maître de soi

Dans un deuxième temps, le recruteur va tester votre comportement pour connaître votre réaction face à des situations difficiles que vous seriez amené à rencontrer, ou encore pour déceler si vous avez les qualités exigées par le poste (sens du dialogue, charisme, autorité…).

Il pourra ainsi vous provoquer délibérément pour voir votre réaction face au conflit ou encore essayer de vous convaincre de tout et son contraire pour déterminer si vous êtes influençable ou pas. Le conseil est de rester naturel et maître de soi, de s’étonner de la question s’il y a lieu et de recadrer si besoin l’entretien en prenant l’initiative de le recentrer sur le poste, vos compétences et votre motivation.

Comment trouver des réponses originales aux questions pièges les plus courantes ?

Vous n’échapperez pas aux questions difficiles d’usage telles que : « Vos qualités et défauts ? », « Vos points forts et faiblesses ? » Réfléchissez-y et trouvez des défauts que vous pourrez nuancer de façon positive en les illustrant par des situations professionnelles vécues. Par exemple : le perfectionnisme en défaut, mais que vous vous appliquez également, ce qui vous a permis de réaliser des tâches complexes.

D’autres types de questions embarrassantes consisteront à vous faire parler de vos anciens postes, collègues ou de votre hiérarchie. Restez alors modéré, factuel, professionnel en évitant tout commentaire trop personnel et en montrant votre désir d’aller de l’avant.

Enfin, quelle que soit la tournure que prend l’entretien, ne vous laissez pas distraire et revenez toujours à ce qui démontre vos compétences, capacités et motivations pour le poste.

Partagez sur les réseaux sociaux :

Commentaires

Thématique de cet article : Business