Calquez vos speechs sur les meilleures pratiques des pros en la matière

Cet article vous fournit des conseils pour réussir vos speechs en public, ou vos elevator pitch devant un panel d’investisseurs. Ils sont basés sur les meilleures pratiques utilisées par des professionnels en la matière.

1) Steeve Jobs, cofondateur d’Apple : Des discours d’une clarté absolue balançant entre raison et émotion.

elevator-pitch

Son coup de maitre : avoir su adopter un style vestimentaire presque austère, mais totalement en phase avec le design épuré de ses produits, en troquant le costume-cravate de ses débuts pour du casual wear.

SA MÉTHODE: une maîtrise accomplie des signes qui s’explique par son intérêt, dès le plus jeune âge, à la calligraphie. Partisan d’un style épuré, l’ex-patron d’Apple délivrait des discours d’une clarté absolue, ce qui faisait de lui un pédagogue plus qu’un vendeur.

Il balançait continuellement entre séquences émotionnelles et arguments rationnels.
En 2001, pour présenter son blockbuster « L’ipod », Steeve Jobs indiquait « nous adorons la musique et c’est toujours bien de faire quelque chose que l’on aime ».

2) Mercedes Erra, Présidente Exécutive de Havas Worldwide : pour accrocher votre auditoire, n’hésitez pas à partager avec lui vos émotions et vos sentiments.

Son registre : faire sourire le public en s’appuyant sur des anecdotes vécues avec ses enfants, qui lui permettent de se moquer d’elle-même et de son rôle de mère soi-disant parfaite.

Sa méthode : elle cultive une aisance naturelle à l’oral en s’appuyant sur la rigueur de son raisonnement. Son astuce pour retenir l’attention de la salle: susciter l’émotion. «L’attention se relâche très vite, il faut donc éveiller suffisamment l’intérêt des auditeurs pour qu’ils ne se fatiguent pas, expérimentent des émotions, et aient le sentiment d’interagir avec vous», indiquait-elle.

Ainsi débute-t-elle souvent ses interventions en partageant une pensée ou une réflexion qui lui tient
à cœur: par exemple, un hommage à Steve Jobs le matin même de son décès, lors d’une conférence sur l’influence, en octobre 2011.

3) Serge Papin, PDG de système U : il faut être soi-même, quitte à prendre des risques. N’ayez pas peur de déplaire !

Sa blague favorite : « Il y a trois sortes de mensonges : les petits, les grands et bien au-dessus, il y a le comparateur de prix de E. Leclerc. »

Sa méthode : une grande présence scénique. Il l’entretient de façon très précautionneuse, en étant attentif à ses moindres gestes et à son sourire lorsqu’il s’exprime à un pupitre ou devant des micros.

Une autre de ses forces est de parler de lui, de son métier et de son entreprise, où il travaille depuis près de quarante ans : il trouve ainsi un ton sincère, habité, qui vient appuyer son message.

«Il ne faut pas avoir peur de déplaire. Il faut être soi-même, quitte à prendre des risques. Le discours passe mieux», commentait-il.

Si Serge Papin a beaucoup préparé ses interventions à ses débuts. il laisse aujourd’hui davantage de place à l’improvisation et à l’humour, afin d’insuffler à son discours une tonalité plus naturelle.

Partagez sur les réseaux sociaux :

Commentaires

Thématique de cet article : Business