3 règles d’or pour racheter une entreprise

Vous envisagez de céder ou de racheter une entreprise. Cet article vous livre de précieux conseils pour réussir cette opération de transmission dans les meilleures conditions.

rachat entreprise

1. Privilégier la transparence

Il est indispensable de créer une relation de confiance avec votre interlocuteur. Que vous soyez repreneur ou cédant, vous devez apporter des informations précises, chiffrées et « véridiques » aux questions que l’on vous soumet. En effet, cela serait préjudiciable de transmettre des données masquées au risque de rompre tout contrat. Gardez à l’esprit qu’une cession – reprise est une opération affective, le cédant transmet son « bébé » qu’il a soigné pendant toute sa phase de croissance et le repreneur « adopte » une société avec tout son actif mais également son passif. Le mot d’ordre est donc de développer l’aspect humain et de s’adapter aux attentes de chacun. Vous devez faire preuve de psychologie et d’analyse. N’oubliez pas de vous montrer attentif au moindre détail, approfondir sur les thèmes stratégiques sans pour autant froisser votre interlocuteur.

2. Prendre son temps

En fonction de votre situation, ce conseil peut vous sembler inopiné, mais le temps est votre allié dans ce type de transaction. Il faut savoir que ces deals peuvent durer plusieurs mois, période pendant laquelle les deux parties peuvent bien entendu décider d’arrêter à tout moment. Il est donc important d’aller à son rythme pour prendre sa décision. Le cédant va auditer les références du repreneur, son parcours, etc. Le repreneur va quant à lui devoir se comporter en véritable enquêteur ; l’audit doit couvrir tous les champs de l’entreprise : humain, financier, juridique, matériel…cela se déroule en deux étapes : tout d’abord la collecte d’information et ensuite l’analyse des risques.

3. Se comporter en « risk manager »

Dans un premier temps il faut avoir construire son projet de cession ou de reprise. Il est vivement recommandé de lister les motivations qui vous conduisent à faire ce choix. Ensuite comme pour la création d’une entreprise, on doit reprendre les étapes clés du business plan pour décortiquer les facteurs risques à aborder. Vous devez identifier les risques sur le plan financier (notamment sur la rentabilité de l’entreprise) , stratégique (potentiel de l’entreprise), fiscal (situation face aux instances), juridique (litiges en cours et passés, qualité des contrats), social (climat, cohésion, motivation des équipes). Une fois que cet audit a été réalisé il est indispensable de les analyser, les pondérer, les hiérarchiser.

La part de risque est importante car très souvent le succès d’une entreprise repose sur les épaules du dirigeant. En effet, un grand nombre d’entreprise prenne un virage à 360° après un rachat. Cela peut être dû au mode de management du nouveau dirigeant, à ses choix stratégiques mais également à la relation qu’il va construire avec l’équipe, les clients et les fournisseurs présents lors du rachat.

Partagez sur les réseaux sociaux :

Commentaires

Thématique de cet article : Business